Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stéphane Wasser

Stéphane Wasser

Le monde du VIN est passionnant, mes plus belles découvertes sont ici !!


Verticale de Gondonne, la totale.

Publié par stephanew sur 18 Mai 2010, 16:39pm

Catégories : #avec mon ancien club

Soirée avec le club et les Bourgogne Côtes d’Auxerre Gondonne du Domaine J.H. et G. Goisot à Saint bris le Vineux. Dans la hiérarchie bourguignonne, cette cuvée est à la base de la pyramide mais la dégustation qui suit va mettre en évidence le grand potentiel de ce climat.

gondonne.jpg

Cette cuvée est née en 2000 de la volonté du domaine Goisot d’isoler cette parcelle de la cuvée corps de garde. Elle provient d’une parcelle du Jurassique supérieur, étage Kimméridgien moyen et supérieur, alternance de 80 mètres de calcaires et marnes lumachelliques. La parcelle du domaine fait 1.2ha ce qui permet de produire une quantité confortable de bouteille. Deux autres cuvées parcellaires sont disponibles au domaine, Les Biaumonts et Gueule de Loup, toutes deux mesurant 1 ha.

Ci-dessous, tous les millésimes de Gondonne à ce jour. Pour des raisons climatiques, le millésime 2001 est absent de la verticale.

La verticale :

2007 : nez sur les fruits jaunes avec des notes boisées. La bouche est ronde de par sa jeunesse mais l’acidité vient tendre l’ensemble sur un fond salin. Touche de noisette et élevage sobre en bouche. Un vin complexe qui promet beaucoup.

2006 : nez un rien lacté sans être oxydé sur des touches de mandarine mur de pralin et de caramel. La bouche est moins tendue que le 2007 mais plus grasse, plus dense, ample et très cohérente. Un chardonnay généreux, gourmand toujours avec cet élevage élégant.

2005 : nez curieux à l’ouverture sur des notes de sous-bois s’ouvrant sur du chèvrefeuille et de noisette mais il faudra revenir 1 heure après pour trouver cela. La bouche est fluide, glissante avec une grosse densité et une acidité percutante. Beaucoup de profondeur toutefois. Une cuvée qui n’est pas dans son meilleur jour, enfin j’ose espérer. La finale est longue sur des notes plus fraîches.

2004 : nez franchement marqué par des notes d’aspérules dans un ensemble végétal.  Grand débat autour de la table sur l’état de ce flacon tant il est marqué par ces notes vertes. La bouche est du même calibre, rustique, d’une profondeur moyenne avec une tension plus marqué en finale mais sans être grand.

2003 : nez très mur, sur des notes fruitées jaune, à la limite du fruit compoté. La bouche est ronde, puissante toujours sudiste dans son profil. L’élevage est contenu mais le breuvage est court.

2002 : nez sur le fenouil, l’anis et la pierre. La bouche est fine, droite vive et saline et va prendre son temps pour s’évanouir. Un vin racé dans un beau millésime Certainement la plus belle bouteille de la soirée.

2000 : nez réduit, sur le caoutchouc, des notes grillées. L’aération sera bénéfique apportant un fruité plus aimable. La bouche a beaucoup de coffre et d’allonge avec un caractère bien trempé. Une cuvée musclée qui pourra attendre encore des années.

Tour d’horizon intéressant de cette cuvée bien connue des amateurs de bon rapport Q/P. En effet ces cuvées parcellaires sortent à moins de 12 euros tous les ans ce qui est en regard de la qualité une bien bonne affaire. Beau nombre de chablis sont plus maigre que ce Bourgogne.

Les millésimes sont aussi bien marqué, 2007 fin et tendu, 2006 gras avec de la matière, 2003 un poil chaud et 2002 racé et tendu. Reste l’énigme 2005 qui n’est vraiment pas en forme en ce moment et surtout 2004. Que penser de ce millésime chez Goisot. Nous avons longuement discuté de cette bouteille lors de la soirée et je n’ai pas de réponse. Sur les différents forums, certains trouvent des notes fruitées, d’autre franchement vertes. Je me trouve dans le second groupe mais pour éclaircir un peu mon esprit j’ai ouvert d’autre bouteille de ce millésime et de ce domaine pour me faire une idée. Les Biaumonts 2004 est beaucoup moins marqué et la cuvée de « base » l’est quasiment pas ! Un mystère donc que ce 2004. 2000 semble également réduit et/ou dans une mauvaise phase aromatiquement.

Pour le plaisir immédiat on pourra ouvrir 2006 ou 2003. On pourra compter des années sur 2007 et 2002 et au vu de la soirée on peut passer son tour sur 2004 et 2000.

Merci à OliH pour la mise à disposition des millésimes 2000 et 2002.

Stéphane

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents