Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stéphane Wasser

Stéphane Wasser

Le monde du VIN est passionnant, mes plus belles découvertes sont ici !!


Masterclass d'aout 2012 (Weinbach, Kienztler, Hering, Zind-Humbrecht)

Publié par stephanew sur 28 Août 2012, 17:37pm

Catégories : #avec l'oenothèque Alsace

La première partie de la dégustation porte sur les notions de concentrations et de terroirs. L’un peut-il supplanter l’autre, un vin de bonne concentration peut-il passer pour un vin de terroir. Un vin de terroir maigre est-il « meilleur » qu’un vin d’origine modeste mais plus concentré….On peut tourner ces deux notions dans tous les sens, il faut gouter pour comprendre et visualiser la chose.

 

Les vins sont dégustés par paire, même cépage et même millésime présentant des concentrations similaires. 

 

Paire n°1

 

Alsace Riesling Clos de la folie Marco 2010 Domaine Hering.

La robe est claire avec des reflets gris. La nez est frais, croquant sur les fruits jaunes avec curieusement une petite touche de sous-bois mais l’ensemble est mur. La bouche est légère, friande avec une acidité rafraichissante dans le gras du corps. Le tout reste sphérique, glissant sans grande expression de terroir. Un parfait vin de soif pour qui veut boire bon au quotidien. 14/20 

 

Alsace grand cru Schlossberg Riesling 2010 Domaine Weinbach.

La robe est à peine plus soutenue que le précédent. Le nez est grillé sur des notes de fleurs d’oranger dans un style plus fin, moins expressif, moins claquant sans être austère tout en restant raffiné. La bouche est plus large, plus présente sur une acidité précise, ferme structurant le breuvage. Toute petite pointe de SR mais ce n’est pas un drame car le vin est bien jeune et l’on sent la présence d’un terroir. 17/20

 

La présence d’un grand terroir est bien marquée sur le Schlossberg. Même si le combat est inégal il nous permet de comprendre rapidement la différence entre un Alsace et un Alsace grand cru, les deux bien construits. Je suis un poil déçu par le premier riesling que j’avais déjà mieux gouté dans d’autres conditions. La présence d’un grand cru peut expliquer ce sentiment.

 

Paire n°2

 

Alsace Sylvaner réserve 2005 Domaine Weinbach

La robe est jaune pas très brillante. Nez que je trouve évolué, sur des senteurs de cuir et de fleurs un peu fanées. Mise en bouche ronde sur la réglisse avec un coté amylique assez marqué. L’acidité est discrète et l’amertume termine ce tableau un peu en fin de parcours. Un vin pour moi nettement sur le déclin. 13,5/20

 

Alsace Sylvaner de Mittelbergheim 2005 Domaine Albert Seltz.

La robe est dorée. Nez sur les fruits jaunes, la pêche, l’abricot, le miel dans un style très mûr. La bouche est ample, compacte et lisse avec une acidité fondue. Finale franche et aromatiquement puissante sur des notes fraiches d’eucalyptus. Petite pointe d’alcool en conclusion. 13/20

 

Tout petit mieux pour le sylvaner du clos des capucins de Weinbach même si le terroir de galets ne fait pas de miracle il reste la patte du domaine. Les deux vins sont à boire rapidement.  

 

Paire n°3

 

Alsace Riesling Schenkenberg 2002 Domaine Seilly.

Robe dorée soutenue. Nez évolué sur le miel, l’encaustique, la cire, l’abricot, la menthe et les fruits à l’eau de vie. La bouche est moelleuse mais la trame du vin est assez légère sans beaucoup de fond. La finale est courte. 12/20

 

Alsace grand cru Geisberg 2002 Domaine André Kientzler.

La robe est jaune clair avec des reflets verts. Le nez est grillé, caillouteux avec des touches florales dans un style précis et racé. On sent déjà le terroir que va offrir la bouche. Elle est droite, directe avec beaucoup de nerf, aidée par une acidité ferme. Tout petit perlant pour ce vin scintillant, net, propre à la longue finale minérale.  Un très grand Geisberg qui fait plaisir à boire après les millésimes récents que j’ai goutés. 18/20

 

Là il n’y a clairement pas de combat entre les deux vins. Le Grand cru est digne de son rang sans aucune note de surmaturité comme il est usuel de voir dans ce millésime pas si grand que cela par chez nous.

 

Paire n°4

 

Alsace Pinot blanc Zellenberg 2000 Domaine Marc Tempé

La robe est brillante. Nez discret sur la menthe, l’eucalyptus signant un vin de quelques années. La bouche est mûre, suave, sphérique sans accroc, plaisante mais sans grande trame de terroir. Le vin reste compact tout du long. Petite amertume en finale. Un vin d’origine modeste mais qui a bien toutefois relativement bien passé les années. 14/20

 

Alsace Pinot blanc « H » 2000 Domaine Josmeyer.

La robe est gris or. Le nez est marqué par des notes d’agrume, d’écorce d’agrume, fin élégant sur les fleurs. La bouche présente une attaque franche avec quelques sucres donnant de l’ampleur mais le terroir, ici le Hengst, accompagne l’ensemble vers plus de profondeur. La finale est toutefois entachée d’un problème de bouchon. 16/20 sans tenir compte de ce problème de bouchon.

 

Le terroir du Hengst est devant la plaine de Zellenberg au pied du Mambourg, mais de peu finalement. Les 12 ans ont peut être nivelés les deux rivaux d’un jour.

 

Paire n°5

 

Alsace Pinot gris vieilles vignes Herrenweg 2000 Domaine Zind-Humbrecht.

Robe très dorée. Nez sur le pralin, la noisette le café froid, l’orange confite avec quelques notes fumées. La bouche est moelleuse, fraîche et saline, complexe avec de beaux amers. Un vin qui reste élégant comme une danseuse malgré une construction solide. Finale un peu chaude. 17/20

 

Alsace grand cru Pfersigberg pinot gris 2000 Wolfberger.

Robe soutenue. Nez sur le chocolat, la cerise façon « mon chéri » avec une oxydation naissante. La bouche est simple, tannique dans un ensemble léger et court sur des relents de thé. Finale extrêmement courte. 12/20

 

Un vin de plaine face à un grand cru et je n’ai aucun mal à reconnaître que la main du maitre a encore frappé. Le vin de la cave coopérative est beaucoup trop léger pour faire face au Herrenweg. Le terroir, sans la maitrise n’est rien.

 

Millésime 2000.

 

Le second thème de cette masterclass est un petit passage en revue du millésime 2000. Dans quel état allons nous trouver ces vins après presque 12 ans de bouteille.

 

Alsace Riesling Tradition 2000 Domaine Hugel

La robe est claire. Le nez n’est pas très net, repoussant pour tout dire. La bouche est croquante avec une acidité très en avant, complétement hors phase par rapport au reste du breuvage. Certainement une maturité perfectible, un peu juste pour ce premier 2000. 10/20

 

Alsace grand cru Frankstein Riesling 2000 Domaine Beck-Hartweg.

La robe est dorée. Nez sur les fruits à l’eau de vie, l’abricot. La bouche est fluide avec encore une fois une forte acidité mordante, anisée dans un ensemble manquant de corps et aujourd'hui trop vieux. Un vin qu’il fallait boire sur son fruit dans sa prime jeunesse. 11/20

 

Alsace grand cru Schoenenbourg Riesling 2000 Dopff au Moulin.

Belle robe jaune. Le nez présente une belle évolution sur le camphre, le miel, l’amande avec une pointe de cuir neuf. La bouche est riche avec une bonne dose de mâche et de sapidité. Bouche longue signant une bonne concentration accompagnée par un très joli gras apportant un toucher de bouche de premier ordre. Tout le coté tactile du Schoenenbourg dans une bouteille. Pas forcement le vin qui part gagnant et pourtant il a de quoi faire pâlir les deux précédents. 17,5/20

 

Alsace Riesling Clos Hauserer 2000 Domaine Zind-Humbrecht

La robe est très dorée. Le nez est fumé sur l’écorce d’orange, le silex les cailloux chauds. La bouche est ample, expressive, pleine avec du volume sur une acidité droite, plus large que profonde en phase avec son terroir marno-calcaire. Une très grande bouteille au niveau d’un grand cru dont elle est si proche 18/20

 

Alsace Pinot gris Réserve personnelle 2000 Domaine Trimbach

Bouteille bouchonnée.

 

Alsace grand cru Pinot gris Kitterlé 2000 Domaines Schlumberger

Robe soutenue. Nez sur le café, le pralin, la noisette, l’amande avec quelques fruits confits. La bouche est glissante, fluide, alliée à une minéralité discrète dominée par le gras de sa fine liqueur. Un pinot gris qui reste frais tout en étant une boule de matière perchée sur 80 g de SR. Une bouteille d’une grande netteté. 16,5/20

 

Alsace grand cru Wineck-Schlossberg gewurztraminer 2000 Domaine Vincent Spanagel.

Nez sur la tarte au citron meringué, les épices et les fleurs blanches. La bouche est aérienne, claquante, élégante et toute de dentelles vêtues. Salinité sans lourdeur avec cette acidité fine qui signe le terroir granitique de ce terroir de Katzenthal. Finale encore plus mûre sur la mirabelle. Un très beau gewurztraminer d’un domaine que je ne connais pas très bien. Bravo. 17,5/20

 

Alsace gewurztraminer Altenbourg 2000 Domaine Weinbach

Bouteille bouchonnée.

 

Alsace grand cru Kastelberg riesling 2000 Domaine des Marronniers Guy Wach.

Une robe plus proche d’un rhum ambré ou d’un cognac que d’un riesling. Le nez est fortement marqué par le safran, le coing le tout supra mûrs. La bouche est fraiche avec une liqueur très fine mais l’ensemble ne déraille pas vers le too much et sait rester élégant et digeste. La finale est presque sèche et allège encore l’impression d’ensemble. 18/20

 

Cette série de 2000 (12 bouteilles en tout) est contrastée, comme souvent en Alsace où tout n’est pas bon ou mauvais.

Millésime en deux phases, une plutôt pluvieuse en été et une seconde ensoleillée à partir de septembre pour les vendanges.

 

De cette série je retiens de belles bouteilles comme le Riesling Clos Hauserer  ou encore le Wineck-Schlossberg Gewurztraminer de Vincent Spannagel sans oublier le surprenant Schoenenbourg Riesling de Dopff au moulin, outsider de cette masterclass. Tout ceci confirme qu’il fallait avoir la bonne maturité physiologique quitte à voir les sucres monter.

 

Stéphane 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents