750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation des alsaces 2008 avec l’oenothèque Alsace un samedi.

1-pinot blanc La Tulipe 2008 Gérard Neumeyer : le nez est grillé sur la fleur d’orangé, le beurre, évoluant sur des fruits exotiques. La bouche est fine droite, sèche mais un peu raide et strict pour un pinot blanc. Le milieu de bouche est plus gras. L’ensemble est frais et la finale est franche. 14.5/20

 

2-pinot blanc 2008 Eric Rominger. Cuvée 100% auxerrois. Le nez est lui aussi grillé à l’ouverture avec un coté fumé, lardé, épicé. Réduction ? Je pense de suite à un kougelhof salé en dégustant ce vin. La bouche est plus profonde que le précédent et curieusement encore plus franche, cela dans plus de concentration. Vin charnu avec une longue finale saline sur la réglisse. 14/20 car je n’aime pas trop le style mais c’est une belle bouteille.

 

3-riesling 2008 vieilles vignes Cave de Ribeauvillé. Le nez est floral, intense évoluant sur des notes plus classiques d’agrumes. Tension en bouche avec un coté glissant avec de la salinité. L’acidité est ferme donnant beaucoup de peps à la cuvée. Un riesling sec modèle des génériques de notre région. 14.5/20

 

4-sylvaner 2008 Domaine Haegi : Domaine que je connais peu, une bonne occasion de le découvrir. Le nez est épicé et floral. La bouche est légère, simple et croquante. Matière sèche. Pas de gloire mais ce sylvaner est proposé à 4.20 euros ce qui est un des tarifs les plus bas de la région. Pour ce prix vous avez un vin sans défaut qui remplacera les daubes des grandes surfaces. 13.5/20

 

5-sylvaner Bollenberg 2008 François Schmitt. Nez sublime sur les fruits blancs, la poire avec encore quelques notes de lie. La bouche est très mure, ronde et sèche avec 2 g de SR. De la mâche, de la présence, de l’ampleur et du gras. Seule la finale assez courte nous dévoile le cépage. Tout le potentiel d’un « petit » cépage sur un beau terroir dans de bonnes mains. 4.70 euros !!! Incompréhensible…vous pouvez en acheter mon stock est fait. 15/20

 

6-sylvaner vieilles vignes 2008 Sipp-Mack : cuvée issue pour partie de parcelle sis sur le grand cru Osterberg à Ribeauvillé. Nez complexe sur les fruits blancs évoluant par moment sur les fruits rouges. La bouche est franche, ferme, dense dans sa structure avec une pointe de gaz. Finale tannique. 15.5/20

 

7-riesling grand cru Kessler Heisse Wanne 2008 Dirler-Cadé. Nez sur les agrumes, le citron, la fleur d’orangé. La bouche est profonde et clairement issue d’un grand cru. Du volume du gras dans un ensemble sec avec 6 g de SR et une forte acidité avec 9.1 g ! Finale longue sur la réglisse avec une très belle amertume soulignant la colonne vertébrale du vin. 19/20

 

8-riesling grand cru Schlossberg 2008 Bott-Geyl : Nez pas très causant évoluant discrètement sur l’agrume et l’ananas. La bouche est très saline, fine avec un coté plus compact dans un équilibre sec (9 g de SR et 9.1 g d’acidité) Belle expression d’un grand cru granitique. 18/20   

 

9-riesling Kastelberg 2008 Kreydenweiss : Nez discret sur les épices, le pain. La bouche est droite avec une acidité bien en place. Plus sage en milieu de bouche avec une forte salinité en finale et surtout une jolie amertume dans une matière concentrée. Encore un grand riesling sec avec cette fois 2 g de SR. 18.5/20

 

10-riesling Grand cru Rangen de Thann Clos Saint Urbain 2008 Zind-Humbrecht : Nez complexe, épicé, floral avec des touches de pierre à fusil sur une fine trame fumée. La bouche est très pointue avec une forte acidité, tranchante, sauvage structurant le vin comme un rasoir. Un vin alliant puissance et finesse. On comprend avec ce genre de bouteille la réputation du domaine. 19.5/20

 

11-pinot gris grand cru Muenchberg 2008 Cuvée A360P André Ostertag : Nez au fruité discret mais à l’élevage certain avec des notes boisées et fumées. Bouche sur le beurre, la vanille dans un esprit compact. Salin et long mais trop jeune pour être apprécié aujourd’hui. 17/20

 

12-pinot gris grand cru Hengst 2008 Josmeyer : Nez sur la crème anglaise, la fraise. La bouche est généreuse, ample avec beaucoup de mâche et de corps. Plaisant avec de la minéralité et une grande longueur. 17.5/20

 

13-pinot gris grand cru Sommerberg Les Terrasses 2008 Gérard Weinzorn : Nez un peu dans le même registre que le précédent avec des notes crémeuses avec une touche de réglisse. La bouche est très grasse, moelleuse avec 58 g de SR soulignant le coté très riche de la vendange. L’acidité (8.2 g ) se fait du coup fine mais elle est bien là, allégeant la matière pour un donner un pinot gris très digeste. Une grande bouteille de l’ami Claude. 18/20

 

14-Altenberg de Bergheim 2008 Marcel Deiss : Nez discret sur les agrumes, l’écorce d’agrume. Un équilibre haut perché avec une profondeur abyssale et beaucoup de richesse. Un vin au touché de pate de fruits. Nos bouteilles sont malheureusement entachées d’un problème de liège. Une bouteille sans défaut devrait flirter avec le 19-20/20.

 

15-Gewurztraminer grand cru Mambourg Quintessence de grains nobles carte d’Or 2008 Weinbach et ses filles : Voilà un nom à rallonge qui ne doit pas facilité la compréhension des étrangers. Les chiffres font « peurs », 245 g de SR, 6.9 g d’acidité et 198 euros la demie-bouteille. Nous entrons là dans le monde très petit des très grands liquoreux français. A ce prix je ne vois qu’Yquem. Le nez est marqué par les fruits blancs, les fruits exotiques et le raisin confit avec une touche de miel. La bouche est hyper concentrée dans un style fin avec une liqueur élancée. Aucune lourdeur, pas de coté pâteux mais un vin digeste, fluide, à la pureté superlative. Produire un tel vin doit être un véritable défit ou plutôt une fierté pour la maison et je souhaiterais que chaque consommateur de SGN de GS à 15 euros touchent un jour un vin de ce calibre. 21/20….comment on peut pas, si on peut.

Que dire de 2008 ?! Qu’il est coincé entre 2007 et 2009 ?

Ce millésime est superbe en Alsace, car classique avec des vendanges tardives sur le calendrier. Les vins souvent tranchant aux fortes acidités tartriques me faisant pour une fois aimer les gewurztraminers et pinot gris.

stéphane

Tag(s) : #avec l'oenothèque Alsace

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :