Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stéphane Wasser

Stéphane Wasser

Le monde du VIN est passionnant, mes plus belles découvertes sont ici !!


Dégustation de millésimes anciens à la Confrérie Saint Etienne (octobre 2012)

Publié par stephanew sur 30 Octobre 2012, 17:51pm

Catégories : #A la confrérie Saint Etienne et CIVA

En marge du repas TGVA sur les très grands vins d’Alsace, l’oenothèque Alsace a organisé une nouvelle dégustation de vieux millésimes dans le cadre intemporel de la confrérie Saint Etienne. Les vins sont dégustés étiquettes découvertes.

 

Alsace Riesling 1992 Domaines Dopff au Moulin 

Nez sur l’anis, le chèvrefeuille, le sucre candy mais aussi les fruits rouges comme la fraise, le citron confit.

L’attaque est basée sur le sucre mais l’acidité est fondue et digeste rendant le vin moelleux et équilibré sur un fond toutefois léger et sans grande structure. Belle association d’une bonne maturité sur un sol léger dans un millésime moyen donnant un vin agréable et encore plaisant à boire. 13,5/20

riesling dopff au moulin 1992 

Alsace Tokay Pinot Gris 1986 Domaine Klipfel

Nez complexe sur le miel, le menthol frais, l’abricot, la pêche, la mirabelle, le tout très murs avec également quelques touches de champignons secs, ceci est moins drôle mais souvent visible sur ce cépage. L’attaque est dense, complexe sur la réglisse et les arômes du nez. Un style croquant, charmeur et net pour ce vin, cette fois dans un millésime bien plus élégant. 14,5/2

 

tokay pinot gris 1986 klipfel

Alsace Tokay Pinot Gris cuvée du centenaire vieilles vignes 1985 Domaine Josmeyer

Nez encore jeune et plaisant, du moins pour moi, sur des touches grillées puis typique de ce cépage comme le froment et quelques fruits jaunes.  La bouche est ample avec quelques sucres mais dans un style bien plus droit en milieu de bouche avec presque un coté strict en finale. Vin très structuré qui pourra encore vivre quelques années sur cette voie avec ses notes de moka et de froment. Belle bouteille et confirmation du bon vieillissement des vins de ce domaine.16/20

tokay pinot gris 1985 josmeyer 

Alsace Riesling 1984 Clos Saint Landelin Domaine A+ O Muré

Nez sur le foin avec des notes herbacées, de l’anis, des touches grillées camphrées et quelques fruits secs.  La bouche est raide, malique sans gras mais avec une pointe de sucre. Le vin tient encore debout grâce à cette structure acide. La finale est un peu sèche dans le sens rêche mais elle va finalement bien avec le reste du breuvage. Un tout petit millésime mais la patte du domaine a permis de sortir un vin plus que correct et c’est dans les petits millésimes que l’on voit les grandes maisons.13,5/20

 riesling 1984 clos saint landelin Muré

Alsace Riesling-Kirchberg grand cru 1983 Domaine Jean Sipp

Nez sur les terpènes avec un coté agrumes confits, mentholé, frais, beurré  et fumé assez fidèle à un millésime solaire comme 1983.  Gras en attaque, la bouche se fait mûre,  élégante sur une structure ronde mais sans sucre. L’acidité est dans la même veine, mûre, bien au centre dans ce flot de saveurs. Tout est en place, harmonieux et charmeur. Belle bouteille à la finale discrètement saline. 17/20

 riesling kirchberg 1983 jean sipp

Alsace Muscat 1976 Brand Armand Hurst 

Les étiquettes ne tenant plus sur les bouteilles cette cuvée a été dégustée à l’aveugle. Nez typique des vieux muscats alsaciens sur la menthe fraîche, la fraise des bois, le sureau.  La bouche est dense, saline, aérienne d’une grande longueur avec une très belle amertume en finale. Les aromes en bouche sont homogènes avec le nez. Vin très cohérent, d’un très haut niveau. Finale sur la menthe fraiche, renforçant le coté juvénile de ce Brand. Certainement le meilleur domaine sur ce terroir dans ces années là. 19/20

 muscat brand 1976 hurst

Alsace Gewurztraminer 1974 Réserve Exceptionnelle Kuentz Bas

Nez sur la mirabelle fraîche, l’anis, l’abricot et la menthe pour ce gewurztraminer d’un millésime difficile qui est le mien certainement issue du grand cru Pfersigberg. Gras et ampleur moelleuse en bouche avec un milieu plus ferme, plus solide, épicé et racé. Tannique en finale sur la réglisse et le café froid. Une fois de plus, grand terroir et belle maison arrivent à faire un vin élégant et plaisant même sur un millésime moyen. 16/20

 gewurztraminer 1974 kuentz bas réserve exceptionnelle

Alsace Gewurztraminer 1971 Domaine Laugel.

Nez sur les fruits jaunes confits avec des notes de caoutchouc,  fumées et épicées. Amertume dès l'attaque avec quelques sucres et une acidité mordante rendant la bouche un peu raide et tannique. Bouche fine mais un peu bancale malgré les épices qui apportent de la complexité. Cette maison est depuis rachetée par Arthur Metz. 13/20

 gewurztraminer 1971 laugel

Alsace Gewurztraminer Domaine 1971 Paul Ginglinger

Fleurs sèches, menthe sèche, mélisse, et autres senteurs d’officine signent un nez expressif et très propre.   Bouche ample, grasse, mais aussi massive et compacte avec une acidité fondue et une grosse salinité. Un vin d’une jeunesse éternelle qui pourra encore vivre comme cela 20-30 ans. Café puissant en finale. Un très grand vin issu du grand cru Eichberg selon notre maitre de cérémonie. 18/20

gewurztraminer 1971 Ginglinger paul 

Alsace Riesling Réserve Exceptionnelle 1970 Domaine Hugel

Senteurs automnales, du camphre du caramel au beurre des touches d’encaustique.  Acidité puissante, large et en avant, prenant le pas sur le reste de la structure. Bouche très minérale, dense en milieu de bouche avec des amers nobles en finale pour compléter ce joli tableau. Sous cette réserve exceptionnelle se cache la cuvée jubilee provenant du grand cru Schoenenbourg de Riquewihr. Niveau et caractère du vin fidèles à la maison Hugel.17/20

 riesling 1970 réserve exceptionnelle hugel

Alsace Sylvaner 1969 Cave de Westhalten

Nez sur la fraise tagada et les fruits jaunes. La bouche est ample avec quelques sucres sur une structure acidulée aux notes truffées. Vin certainement sans prétention à l’époque mais toujours debout et sapide 43 ans après. Le trio pas forcement gagnant, 1969, sylvaner et petite cave coopérative, aujourd’hui disparue, force le respect.15/20

 sylvaner 1969 cave de westhalten

Alsace Gewurztraminer 1964 Cave d’Eguisheim 

Nez superbe, complexe sur la menthe, les cailloux comme la pierre chaude et la truffe. La bouche est généreuse, ronde, ample,  puissante sur des notes anisées, et sur une grosse matière. Un vin d’une évidence remarquable et d’une très belle présence. Encore un grand vieux gewurztraminer de cette cave coopérative connue aujourd’hui sous le nom de Wolfberger.19/20

 

Alsace Riesling 1961 Cave de Hunawihr.

Nez d’une complexité folle sur l’eucalyptus frais, les épicés, les cailloux le tout sans exubérance,  tout en discrétion comme pour faire respecter l’âge. La bouche est glissante grasse en attaque avec une bonne largeur puis strict mais toujours fraîche. La fin de bouche manque un peu de complexité ou souffre de passer derrière une bombe. Riesling provenant sans doute du grand cru Rosacker sur la commune d’Hunawihr. LA deuxième fois que je déguste cette cuvée et à nouveau la même note. 18/20

 

C’est déjà la fin…..

 

Il y a plusieurs facteurs pour faire un grand vin. Un beau terroir, une expertise certaine de la viticulture et de la vinification et un millésime propice à exprimer tout cela.

 

Même si les terroirs sont rarement explicites sur les étiquettes, les archives de la confrérie Saint Etienne et des domaines, permettent de démontrer une fois de plus la valeur des Brand, Kirchberg de Ribeauvillé ou encore Rosacker aujourd’hui classés grands crus. Toutefois, un grand terroir sans un homme capable de l’exprimer ne vaut rien et les grandes maisons, encore au top aujourd’hui, arrivent à révéler les expressions de terroir malgré parfois des millésimes moyens comme le prouve cet après midi les deux vins de 1984 ou 1974. D’autres domaines sont par contre méconnaissables comme Hurst ou disparus aujourd’hui comme Laugel ou la cave de Westhalten.

 

Parlons de ces caves coopératives justement, Eguisheim, Westalten, Hunawihr. Je suis toujours étonné du niveau de ces cuvées dans les années 50-60 voire même 70. Une explication réside certainement dans le volume de production de l’époque qui était déjà supérieur à celui des vignerons indépendants. Ce grand volume de production permettait à l’époque de présenter chaque années, la crème de la cave, une sélection de sélection à cette institution qui était un des seuls moyen de communication avant les grands salons, internet et autres guides de critiques viticoles chevronnés. Sans oublier que la dégustation des vins pour entrer dans cette confrérie Saint Etienne ajoute encore un niveau de sélection. Tout cela pour dire que tous les 1964 de la cave d’Eguisheim ne sont pas de ce niveau là mais que les vins portant le sigille sont potentiellement de belles bouteilles si la conservation est correcte.

 

Petit lien sur les anciens millésimes dégustés   

 

Stéphane

 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents