Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stéphane Wasser

Stéphane Wasser

Le monde du VIN est passionnant, mes plus belles découvertes sont ici !!


VT et SGN, rapide tour d'horizon.

Publié par stéphanew sur 27 Février 2009, 13:07pm

Catégories : #Informations diverses

Petites explications sur les deux mentions prestigieuses qui clôturent en général les tarifs alsaciens, j’ai nommé les Vendanges Tardives et les Sélections de Grains Nobles.

 

Ces mentions datent de 1984 et sont la proposition de la famille Hugel, passée maitre dans l’élaboration de ces nectars depuis des décennies. L’histoire ne fait donc que commencer avec même pas 25 ans de recul.  

 

Ces deux mentions peuvent être produites sur les deux AOC, Alsace et Alsace Grand Cru mais ne peuvent être revendiquées que sur quatre cépages Muscat, Riesling, Pinot gris et Gewurztraminer. Il n’est toutefois pas rare de trouver des vendanges tardives de Pinot auxerrois ou même sylvaner voire de pinot noir voire comme chez Sylvie Spielmann ou Pierre Frick.

 

En premier lieu, le vigneron doit faire une déclaration d’intention auprès de l’INAO en précisant sur quelle parcelle il veut faire une récolte tardive voire atteinte de pourriture noble. Cette intention sera ensuite confirmée avant la vendange et le taux d’alcool potentiel est contrôlé avant chargement du pressoir par ce même institut.

 

Le cépage (Muscat, Riesling, Pinot gris ou Gewurztraminer) doit être mentionné sur l’étiquette et l’assemblage est impossible.

 

La chaptalisation est strictement interdite, cas unique en France, même si bon nombre de domaine hors Alsace se défendent d'utiliser cette méthode, chez nous ne ce n’est même pas envisageable. Nous n’allons pas rajouter du sucre artificiellement pour qu’il en reste après !!

 

Enfin, une fois en bouteille, chaque vin est dégusté et analysé. C’est sur ces bases là que l’agrément est donné. Il faut attendre 18 mois pour avoir cet agrément. Les 2007 seront donc en vente à partir de mars/avril 2009 avec la prestigieuse mention VT ou SGN. Les cuvées recalées seront des « saveurs d’automne » ou autre « sève de fin d’année »

 

 

La Vendange Tardive est un vin moelleux, issu de grappe portant des grains mûrs, très mûrs ou surmûris.

 

Les rieslings VT peuvent, après quelques années accompagner une viande blanche en sauce ou un poisson gras. Les gewurztraminers et pinot gris trouveront leurs places sur des terrines ou sur des plats exotiques épicés.Le muscat VT est tellement rare qu’il est préférable de le réserver pour la dégustation, en apéritif par exemple. 

   

Gewurztraminer et Pinot gris récoltés à 15,3° d'alcool potentiel soit 257,5 g/l de sucre.
Riesling et Muscat récoltés à 14° d'alcool potentiel soit 235,6 g/l de sucre.

 

Un peu de math : Sachant qu’il faut dans les 17g de sucre pour faire 1 degré d’alcool.

 

Un riesling VT ou un muscat VT qui a acquis 12° d’alcool aura au minimum 34g de sucre résiduel .Les deux autres cépages auront eux plus de 56 g de sucre résiduel, au minimum pour 12°.

 

La Sélection de Grains Nobles est un vin liquoreux issu de tries de grains atteints de pourriture noble.

Parfais en apéritif, sur des foies gras ou des desserts, je les préfère simplement pour eux, sans rien pour perturber les aromes, pour finir une soirée. Mais c’est une question de gout.

 

Gewurztraminer et Pinot gris récoltés à 18,2° d'alcool potentiel soit 306,3 g/l de sucre.
Riesling et Muscat récoltés à 16,4° d'alcool potentiel 276 g /l de sucre

 

Un riesling ou un muscat SGN pour 12° acquis aura au moins 75g de sucre résiduel.

Les deux autres cépages au moins 105g de sucre résiduel, toujours pour 12° d'alcool acquis.

 

Les grands domaines ne visent pas les 18.2° pour les SGN, mais bien plus.

Le domaine Hugel par exemple, annonce souvent des taux de 21°, 22° voir 25° potentiel d’alcool donc des cuvées pouvant atteindre 250g de résiduel….

 

Si la fermentation est capricieuse, il n’est alors pas rare de trouver des monstres avec 7° acquis est plus de 300g de sucre résiduel, on frôle alors les 25° d’alcool potentiel. Il me semble qu’une cuvée avait atteint 500g de sucre résiduel chez Barmes Bucher !!!

 

Stéphane 

 

 

Commenter cet article

Archives

Articles récents