750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous voilà une fois de plus chez Olivier à Nancy pour une soirée que l’on sent déjà superbe comme à chaque fois.


Après un tour de cave pour y déposer les quelques flacons que je lui porte, nous entamons la soirée découverte avec un Auxey Duresse blanc 1983 du domaine Leroy. Un vin tendu que je ne plaçais pas en bourgogne tant la matière est fine et il faut bien l’avouer un peu maigre et simple. Un vin par contre toujours frais malgré ces 25 ans Continuons la série des blancs avec un pinot gris réserve personnelle 1983 de Hugel. Encore dénommé tokay en ces temps lointains ce vin à un surprenant nez de vieux muscat, floral et mentholé. La bouche est super tendue avec une acidité colossale donnant beaucoup de droiture. Nous n’avons, à 4 alsaciens, pas retrouvé le cépage. Troisième blanc avec un Laville Haut-Brion 1990. Un bordeaux blanc superbe, dense, racé avec beaucoup de gras et une longueur interminable. Un peu de bois en moins et on tenait là l'immence.
Passons à table avec un Chablis grand cru Les Preuses 1990 de la Chablisienne. Un vin tout en dentelle encore droit dans ces bottes mais je dois avouer être un peu passé à coté.


Sur la cote de bœuf saisie à même la cheminée, Olivier nous propose un Ruchotte-Chambertin 2000 d’Armand Rousseau. Une robe très tendre, comme à son habitude. Des fleurs, de la rose poivrée dans un nez très subtil et fin. Vient ensuite un Vosne Romanée 2000 de Dugat-Py. On peut disserter longtemps sur les méthodes tarifaires de ce domaine mais force est de constater que les vins traversent les années sans broncher. Ce Vosne est bien évidement d’une autre couleur que le Ruchotte. Très sombre, il est également plus massif, plus imposant mais reste toutefois très bourguignon.

Changeons de registre avec un Châteauneuf du pape Les Cailloux Cuvée Centenaire 1990. Un vin d’un soyeux absolu, avec une matière énormes et des tannins polis par le temps. Superbe. On termine cette soirée par un Leoville Las Case 1975. Pas un énorme souvenir de cette bouteille. C’est encore correct à boire mais il manque un peu de splendeur et d’harmonie. Certainement trop vieux sur un millésime moyen.

 

Quelle soirée !! Un voyage en 4 millésimes, 1975, 1983, 1990 et 2000 aux quatres coins de la France.

 

Mes préférences vont au Laville Haut-Brion et au Rousseau. Evident me direz vous !!

 

Merci Olivier pour cette soirée.  

Tag(s) : #Soirées entre amis

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :