Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stéphane Wasser

Stéphane Wasser

Le monde du VIN est passionnant, mes plus belles découvertes sont ici !!


Verticale de Kastelberg au Domaine Moritz à Andlau.

Publié par stéphanew sur 12 Novembre 2008, 19:30pm

Catégories : #Informations diverses

Le domaine MORITZ à Andlau

 

Le domaine Moritz organise une fois pas an, le 11 novembre, une dégustation de son dernier millésime dans un esprit de convivialité absolu. Pas besoin d’être client depuis des années pour se sentir de suite à l’aise.

Nous discutons très vite avec Claude Moritz sur le millésime 2008 qui lui a procuré de beaux raisins qui donneront de bien belles bouteilles dans quelques années.

 

Cette année, une verticale de riesling Kastelberg est prévue vers 16h00.

Le Kastelberg est le seul grand cru d’Alsace sur terroir schisteux. Du Schiste de Steige pour être plus précis.

 

Nous commençons la dégustation par ces quelques 2007.

 

Muscat 2007 : Nez frais et croquant sur le menthol. La bouche est fraiche avec un peu de rondeur et une acidité moyenne. Un vin net et pur, très gouleyant. Un vrai et beau muscat.

Pinot gris 2007 : Nez très discret que l’on devine floral, sur le tilleul, la verveine. La bouche grasse, délicatement fumé et sèche. Beaucoup de fraicheur. Enfin pinot gris sec et net.

Riesling 2007 : Nez lui aussi discret. La bouche parait un peu plus simple mais peut être plus jeune ou un peu brusqué par une mise en bouteille récente. Ce n’est pas trop en place pour le moment.


Riesling Rebbuhl 2007
 
: Nez floral sur le menthol. Bouche plus corpulente et beaucoup plus complexe et profonde que le riesling générique. La finale est également plus longue. Belle bouteille.

 

Les quelques 2007 goutés sont secs, précis et très plaisants.

 

Nous passons ensuite en cave pour descendre les années en compagnie des rieslings du grand cru Kastelberg. 12 ans d’histoire sont prévus, voire un peu plus. Bien que des plus conviviale, les conditions de dégustation, debout dans la cave pendant 2 heures, ne sont pas des plus pratique pour déguster et commenter des vins. Les notes ci-dessous sont donc a prendre avec des pincettes même si l’œnologue et le sommelier présents semble les confirmer.

 

Riesling Kastelberg 2007 : Nez discret, sur un registre balsamique. La bouche est sèche, racée avec du gras en milieu de bouche. L’acidité est moyennement profonde et la longueur encore un peu juste mais la bouteille est toute jeune. 16/20

 

Riesling Kastelberg 2006 : Nez frais, sur l’anis avec des notes fumé le tout étant net et précis. La bouche est un peu plus ronde mais reste sèche. De petit amer et un léger manque de fraicheur sur une finale presque tannique. Le plaisir est tout de même là et se retrouver avec un 2006 parfaitement net est encourageant. 15.5/20

 

Riesling Kastelberg 2005 : Nez sur le pralin, les écorces d’agrumes et le maspin. Bouche sur les résineux, les notes balsamiques avec une acidité discrète et fondue. La bouche est très fine. Finale confortable sur des notes de caramel au beurre salé. 16/20

 

Riesling Kastelberg 2004 : Nez ouvert sur la gentiane, l’eucalyptus évoluant sur des notes de fruits jaunes. La bouche est fine, sur une acidité très profonde donnant un peu de raideur au breuvage. Notes poivrée et fumée en finale. 14.5/20

 

Riesling Kastelberg 2003 : Nez sur l’after eight, le bonbon et le poivre. La bouche est massive, imposante mais sèche. La fraicheur est un peu en retrait et la finale moyennement longue sur des notes de caramel. 14.5/20

 

Riesling Kastelberg 2002 : Nez sur la mie de pain tout juste toasté, les résineux et les agrumes confits. Bel équilibre en bouche avec une acidité des plus profonde pour le moment. Toujours cette finale sur le caramel. Une très belle bouteille que voila. 16.5/20


Riesling Kastelberg 2001
 : Nez balsamique sur le citron frais et les épices sur des notes de cailloux. L’acidité est également très profonde, très structuré donnant une très belle tension au vin. Ample en milieu de bouche avec une très belle finale. Très belle bouteille 17/20

 

Riesling Kastelberg 2000 : Nez de résineux sur les zests d’agrume confit. La bouche est ample, la profondeur est moyenne. Moins racé que les deux précédents. Il semble moins présent en bouche et un peu plus lourd. 14/20

 

Riesling Kastelberg 1999 : Nez sur l’eucalyptus, le camphre. Mise en bouche assez simple, élégante mais manquant un peu de matière. Longueur sur la structure. 13.5/20

 

Riesling Kastelberg 1998 : Nez d’épice, de poivre. La bouche est iodée avec une belle acidité profonde. Finale un peu courte sur quelques amers. 14.5/20

 

Riesling Kastelberg 1997 : Nez fruité évoluant sur des notes plus florales. La bouche est sèche, raide et un peu dilué. L’acidité est forte, presque dérangeante, du moins elle n’apporte plus rien à ce niveau là. Finale courte. 13/20

 

Riesling Kastelberg 1996 : Nez de sous-bois, d’eucalyptus avec un truffé fin sur de la mie de pain. La bouche comporte encore quelques sucres. L’acidité est plaisante, loin de certain né de ce millésime. L’ensemble est correct sur des notes balsamiques. 14.5/20

 

Riesling Kastelberg 1995 : Nez médicinal sur des notes de sapin frais à la rosée du matin. La bouche est sèche, grasse, très sapide avec une belle acidité. Toujours ces notes de caramel en finale (je me demande si ce n’est pas mon verre qui est en cause) La finale est longue. Belle bouteille 15.5/20

 

Riesling Kastelberg 1985 : Nez sur le mazout devant s’ouvrir pour s’exprimer au mieux. L’agitation passée, le nez dégage des notes de cassis et de chlorophylle. La bouche est dense, profonde, puissante et massive sur des notes boisées. La finale n’est, par contre, pas très longue. 15/20

 

Riesling Kastelberg 1981. Nez de mie de pain et fruits blancs, pomme fraiche. La bouche est droite de fraicheur moyenne mais expressive. Finale presque plus puissante que la bouche. 14.5/20

 

Les vins que nous avons goutés sont tous très nets et précis. L’apport du nouveau pressoir pneumatique et l'évolution du mode de culture en 2001 ont énormément apporté aux vins du domaine. A noter que tous les vins sont parfaitement secs à une ou deux exceptions prêt.

Le kastelberg semble marquer les vins du domaine par des notes balsamique et fumé au nez et des finales sur le caramel.

Encore une belle adresse à Andlau. Merci à Claude Moritz pour son accueil.

 

Stéphane

 

Commenter cet article

fil 12/11/2008 21:07

EH bien tu ne chaumes pas et puis j'adore cette précision "notes de sapin frais à la rosée du matin"...C'est poétique !)

stéphanew 15/11/2008 14:04



et non, il faut écrire avec les idées encore claires.



Archives

Articles récents