Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Stéphane Wasser

Stéphane Wasser

Le monde du VIN est passionnant, mes plus belles découvertes sont ici !!


Repas Pinot gris 2007 chez Guggenbuhl

Publié par stéphanew sur 5 Mars 2008, 18:40pm

Catégories : #Repas-Dégustation 2007

Repas autour des saveurs d’automne et du pinot gris par l’oenothèque alsace ce 20 octobre 2007 à la Taverne alsacienne.
 
 
Mise en bouche
 
 
  • Pinot Gris Les terrasses Grand cru Sommerberg 2006 Gérard Weinzorn. Nez jeune sur le pain, le beurre dans un style mur et floral. La bouche est douce en attaque mais ne manque de nerf. L’équilibre est riche mais conserve une grande pureté et surtout une très belle fraîcheur. Une belle mise en bouche que ce pinot gris miraculé d’un millésime difficile pour ce cépage. TRES BIEN
  • Pinot Gris Hinterbourg 2006 Klee Frères. Le nez est plus discret sur la nèfle et le biscuit. La bouche est tendue, droite avec un joli gras. Des notes de citron en bouche confirme ce point de vu. BIEN
 
Deux vins diamétralement différents, opulence d’un coté et droiture de l’autre. Pour ma part, une fois n’est pas coutume, je me dirige vers le premier qui joue très bien son rôle de vin de mise en bouche.  
 
Toast au Foie Gras de Canard d'Alsace, fleur de sel à la vanille, pêche des vignes poêlée
 
  • Pinot Gris 1854 Fondation 2004 Josmeyer. Nez floral, discret. La bouche est droite comme un I est soutenu par une acidité présente et désopilante. L’élégance des vins secs me ravit mais il faut avouer que ce vin n’est pas mis en valeur par le foie gras.
  • Pinot Gris cuvée Laurence 2004 Domaine Weinbach. Parfumé sur les agrumes et le coing. La bouche est droite en attaque puis prend un peu de rondeur. La bouche est complexe sur les fruits secs type amandes. Je le trouve un peu monolithique pour le moment mais il est bien jeune et il aura tout le temps de s’épanouir.
  • Pinot gris grand cru Sommerberg Les terrasses 2004 Gérard Weinzorn. La version 2004 est malheureusement défectueuse. Le vin parait toutefois plus tendu que le 2006 car plus sec.
 
Le PG de josmeyer a fait un flop sur le foie gras, trop sec et trop jeune pour y faire face. La cuvée Laurence s’en sort bien. C’est finalement un retour sur les terrasses 2006 qui nous ferra trouver l’accord du moment.
 
Trio d'entrées autour de la mer : Saint-Jacques et Cèpes, Galette de Thon, Sandre Lardé
 
  • Pinot gris réserve de Trimbach. Un jour maudit pour la maison, trois bouteilles défectueuses. Next
  • Pinot gris Clos Windsbuhl 2000 Zind-Humbrecht. Encore une porte que je vais enfoncer, mais c’est une porte de château royal. Le nez est très mur, comme toujours au domaine, sur des notes florales et beurrées. L’attaque est douce, puis arrive la cavalerie, dense, ample, avec une acidité fondue au possible. Des notes torréfiées en milieu de bouche viennent souligner une belle minéralité. Un vin techniquement non sec mais qui se boit comme tel. TRES BIEN.
  • Pinot gris grand cru Schoenenbourg 1998 Marc Tempé. Nez de miel d’acacia légèrement torréfié. Le profil est sec sur les raisins secs. Le terroir si particulier de ce grand cru ne marque pas encore trop le vin mais ce sera une grande bouteille. BIEN
 
Les trimbach étant out, il reste le Windsbuhl et le Schoenenbourg. Mon cœur balance vers le Windsbuhl qui est superbe sur les saints jacques. Le Schoenenbourg allant très bien avec le sandre lardé (surtout le lard en fait)
 
Poitrine de Volaille Souvaroff, risotto au parmesan et Purée de Potimarron
 
 
  • Pinot gris Clos Liebenberg 2003 Valentin Zusselin. Nez de fraise. Bouche souple
  • Pinot gris grand cru Furstentum 2003 Paul Blanck. Nez d’after eight, menthe chocolat. La bouche est dense, sèche, équilibré, très grasse avec une acidité de bon aloi, atypique pour le millésime. TRES BIEN
  • Pinot gris Altenbourg 1983 Paul Blanck. Très joli nez de vieil Alsace saur les fleurs sèches. La bouche est elle aussi sèche sur la menthe. Beaucoup de pureté et de fraîcheur dans cette bouteille issue d’un millésime chaud. TRES BIEN
 
 
Les vins de blanck sont magnifiques. Un étonnant 2003, tout en fraîcheur et un 1983 démontrant ou fois de plus la capacité de vieillissement exceptionnel de certain alsace.
 
Clafouti tiède à la Poire, Sorbet à la Quetsche
 
 
  • Pinot Gris Clos du Letzenberg Sélection de Grains Nobles 2005 - Domaine du Manoir. Peu de note sur ce vin, comme souvent vers la fin des repas. Le vin est équilibré, présente une belle liqueur. La finale est généreuse.
  • Pinot gris grand cru Wineck Schlossberg 1998 Vincent Spanagel. Aucune prise de note (la honte)
  •  Pinot Gris Sélection de Grains Nobles 1989 - Pierre Frick. Reprise des notes. Le vin (cette bouteille ?) présente un nez un rien poussiéreux ou peine à sortir des notes de raisins secs et de pralin. La bouche est fluide et en même temps très liquoreuse. On sent de la puissance et du caractère mais elle semble un peu fatigué .Une bouteille qui fait malheureusement son age.
 
 
 
J’ai un scoop, un pinot gris ne sent pas le sous-bois et le champignon….
Un beau repas donc, avec comme toujours une star, Le clos Windsbuhl, un mythe houspillé par son plat, le josmeyer et deux belles révélations ou confirmation, Claude Weinzorn et Klee frères.
 
Stéphane
 

Commenter cet article

Archives

Articles récents