750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce soir à la Wantzenau nous allons passer brièvement en revue les différents styles de Porto avec une sélection courte sur des belles maisons de cette appellation. 

En effet, plus que le style des maisons c’est avant tout le style d’élevage qui va donner son âme à un Porto. 

Deux grandes familles, les Ruby et les Tawny. Jusqu’à là rien de bien méchant.

 

Dans les Ruby on trouve plusieurs sous-catégories, les Ruby Reserva, les LBV pour Late Bottled Vintageavec des élevages plus long (au moins 5 ans) en milieu réducteur avant mise ne bouteille et enfin les Vintage, les grands rouges élevé 2 ans avant la mise. A noter une particularité presque unique. Si le Vintage n’est pas suffisamment qualitatif selon l’IVDP (Institut des vins de Porto) les producteurs peuvent tout de même le revendiquer mais ils le feront uniquement sur des Single Quinta Vintage. Donc, paradoxalement et à l’inverse de la France, lorsqu’il est fait mention d’une Quinta, donc d’une localisation précise, ce n’est pas la cuvée la plus qualitative. 

 

De l’autre côté on trouve les Tawny avec les assemblages de plusieurs millésimes sur 10-20-30 voire 40 ans et au sommet les Colheita, le pendant oxydatif des vintages avec la même logique sur les millésimes que ces derniers. 

Découverte des styles de Porto à La Wantzenau

Porto Colheita Blanc 2008 Kopke 

Robe orangée et finalement pas très vin blanc dans l’esprit. Nez intense sur les fruits secs, le chocolat blanc. L’attaque en bouche est douce, très souple sur une acidité mordante qui ravive l’ensemble. De la vigueur et du caractère pour ce premier vin de la soirée. Achat direct domaine, mise en bouteille 2019. Terroir de schiste et grès entrecoupé de granit. 

 

Porto Tawny 10 ans Graham’s

Robe rouge qui commence à peine à tuiler un peu loin du fauve annoncé. Fruits rouges assez classique au nez avec une certaine finesse. Bouche toute ronde, acidité très pointue, pas très ample mais intense avec une petite chaleur en finale, style enrobé gourmand avec oxydation bien maitrisé. Un porto consensuel très bien élaboré. Mise en bouteille en 2019, achat Cave Nicolas. 

 

Porto colheita kopke 2003 Kopke

Bois assez discret et des notes de tabac, de fruits secs. Bouche très douce, large souple avec acidité en avant et alcool qui aura besoin de temps pour se fondre. Un peu trop lisse à mon gout, manque de magie. Achat direct domaine. Mise en bouteille en 2019. Terroir de schiste et grès entrecoupé de granit. 

Découverte des styles de Porto à La Wantzenau

Porto LBV 1997 Quinta de Noval 

Nez sur les épices, le curcuma. Bouche sphérique d’un beau volume, tannins ciselés, avec de la densité et un bel équilibre en sucre. Un LBV qui malgré son âge tient encore très bien la route. Mise en bouteille en 2002. 

 

Porto vintage 2017 Burmester

Nez plein de soleil, finement réduit sur la cacahouète, la confiture de fruits rouges. Très ample, gros volume, acidité fondue et tannins gras mais présents. De la jeunesse, de la mâche, du caractère pour ce qui est le dernier Vintage en vente actuellement. Mise en bouteille en 2019. Schiste de l’Ordovicien avec inclusion de granite. Cépages 50% Touriga Nacional, 50% Touriga Franca sur vignes de 25 ans. 

 

Porto vintage 1989 Cruz

Fruits rouges et quelque épices un peu plus rustique mais l’ensemble est encore plaisant. Bouche lisse, gourmande mais assez simple dans sa définition avec des tannins dans le même registre, un peu simple. Vin que l’on trouvait en grande surface il y a 15 ans pour une dizaine d’euros. Mise en bouteille en 1992

 

Porto vintage Quinta de porto Vargellas 1982 taylor's

Robe légère. Nez discret fruits rouges acidulés. Bouche fine, tannins discrets, alcool franchement en avant déstructurant l’ensemble encore plus. Structure ciselée et profonde mais le temps est passé par là et cette bouteille n’est sans doute pas au mieux de sa forme. Mise en bouteille en 1984. Il s’agit d’un Porto vintage “single quinta”, donc pas la meilleure cuvée qui n’existe d’ailleurs pas sur ce millésime.

 

 

Le LBV 1997 de Quinta de Noval qui ne devait pas vieillir à pourtant tenu la dragée haute aux Vintage même si le Burmester 2017 est d’une grande splendeur, gourmand à souhait avec une franchise incroyable. 

 

Sur les Tawny, le très classique Graham’s 10 ans a fait merveille avec sa rondeur et sa fine oxydation tout en gardant un profil de rouge classique. A noter que pour trouver cette bouteille j’ai sillonné en long et en large la plupart des listes des cavistes de Strasbourg sans succès, on trouve des bourgognes, des alsaces, des Loire, des troubles, des pétillants sans muselé, des noms rigolos mais pas ce Porto classique parmi les classiques. J’ai poussé la porte d’un Nicolas pour en dénicher une. Comme quoi, on casse du Nicolas mais on y trouve aussi des belles choses.

 

Stéphane 

Tag(s) : #avec mon ancien club

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :