750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les années en « 9 » sont souvent synonymes de réussites dans le vignoble français et ce n’est pas les 2019 encore en cuves et fûts qui vont contredire cet adage. 

 

Ainsi de 2009 à 1929 presque tous les millésimes finissants ainsi sont grands voire très grands dans la plupart des régions voire aux quatre coins de l’hexagone. 

 

Qui n’a jamais entendu parler d’un somptueux 1949 ou 1959 dégustés par le grand père sans parler du fameux 1929, plus grand millésime de l’entre deux guerres. 

 

Afrique du Sud Sauvignon blanc 2019 Diemersdal  

Fruits blancs ouverts sur le bonbon au cassis et la noisette avec une touche fumée allumette.  

Bouche franche, croquante, sèche sur une acidité tranchante et une petite finale brûlante. Petite impression granuleuse. Attention les aigreurs dès la première gorgée ! 10/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Volnay 1er cru Les Champans 2009 Joseph Voillot

Robe brillante. Superbe nez, plein et ample, déjà ouvert sur les fruits rouges, touche de suie, la griotte. Bouche large sur des tannins fins et gras, une acidité dense et franche. Équilibre subtil entre la densité des tannins et une certaine élégance sur des notes de poivre noir. Finale bien maitrisée. 15/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Vouvray demi sec le mont 1999 Domaine Huet 

Robe dorée au bord cognac. Nez sur l’huile de ricin, le mastic, la pâte de coing, une petite volatile, des herbes aromatiques et la tarte tatin. Bouche fraîche en attaque sur un moelleux sec qui reste assez droit. Belle profondeur sur les herbes mais l’acidité semble manquer de structure et de tenu. Il flotte un peu ! Un vin qui aurait dû finir avec plus de richesse selon moi pour trouver un meilleur équilibre. 14,5/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Châteauneuf du pape 1989 Lucien Barrot

Robe dense et à peine tuilée. Très beau nez sur la suie, le camphre, la belle garrigue, des notes fumées et la bête noble. Bouche ample, gourmande, bien en place sur des tannins ciselés et expressifs.  Petite impression sucrée avant un jus minérale intense en finale. Superbe de structure et de force. Et paf, première cartouche de la soirée dans producteur qui a toute ma confiance dans ces années 80-90. 17/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Alsace gewurztraminer cuvée Anne 1989 Domaines Schlumberger. 

Robe dorée brillante. Touche de sous-bois et moisie due à un léger bouchon, notes de café sur un très beau botrytis. Bouche très fraîche, très ample, sphérique avec un moelleux très précis ciselé par une acidité hallucinante qui traverse la bouche. Petite chaleur mais profil oldschool en finale. Encore un problème de liège sur un alsace de cet époque, dommage car on tenait sans doute un vin presque parfait dans ce style. 17/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Saint julien second cru classé Château Ducru Beaucaillou 1979.

Robe sombre. Nez sur le poivre, le poivron mûr, des notes fumées intenses, et de subtiles notes de fraises. Bouche fine, croquante sur des tannins fins et denses et quelques touches de sous-bois noble. Ensemble encore intense, rustique dans l’esprit avec du coffre. Très belle bouteille. 16/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Alsace Riesling 1969 Wolberger 

Robe cognac. Nez sur le beurre, le chocolat blanc, les herbes aromatiques, le camphre, le thym, la garrigue. Bouche élégante mais fluette, légère sur une acidité vive mais en place et très droite. Assez lisse, souple mais vivant. Un peu bancale après toutes ces années mais rigolo de faire partager un vin de cave coopérative de 50 ans. 13/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Mercurey 1959 Antonin Rodet

Robe intense et tendre. Nez sur le tabac intense, des notes fumées, des petits fruits rouges, du végétale noble, de la rafle mature. La bouche est pleine, tannins gras et très fins, acidité nette et très propre, prend de la largeur avec du gras. Finale aromatique à souhait. Superbe à ce niveau d’AOC. Un équilibre proche du parfait pour ce vin qui semble la jouer facile mais qui en a sous le pied. 17/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Saint Emilion 1959 Château Chauvin 

Robe dense et sombre. Nez sur la compote de fruits noirs, le tabac brun, et surtout de belles notes sanguines. Bouche fraîche, ciselée, intense et sphérique qui prend un gros volume en milieu de bouche. Beaucoup d’arôme, du coffre et de la fermeté. Finale encore tannique et presque serré. Encore un superbe 1959, d’un château peu connu. Je vais rapporter la bouteille vide pour toucher les 3 frs de consigne !! 17/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Saint Emilion 1949 Chateau Destieux 

Robe curieusement noire de chez noire où la lumière se perd. Un nez super concentré dans le style banyuls ou Xeres avec une décoction de bois genre balsamique, viandox, cèdre, noix, goudron. Bouche encore fraîche, tannins ciselés et très gras, sucre fondue, devient épais en finale avec beaucoup de mâche et de puissance. Finale sur des tannins gras. Un vin qui a évolué de façon curieuse en se concentrant comme un vin cuit. 15/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Bordeaux supérieur 1939 Edmond ! 

Robe jaune dorée très jeune. Nez propre sur le beurre, les fruits secs, l’abricot sec. Bouche très fine, éclatante, droite, ciselée tout en délicatesse avec un grain de folie, juteuse avec une touche d’alcool. Pas un monstre de concentration en bouche, la finale courte le remet d’ailleurs dans son appellation mais Dieu que ce vin, que j’avais en cave depuis 15 ans, est beau. 16/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR
Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Saint julien 1929 Maison Louis Eschenauer.

Robe légère. Nez sur du végétale noble, des notes fumées et très épicés, avec des touches de charbon de bois. La bouche est par contre acide et fluette. Le vin est mort. 08/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Saint julien 1919 Château Léoville Poyferré 

Robe couleur rosé terne. Nez sur le curcuma, les fruits à l’eau de vie, le caramel. Bouche tendue, tannins fins et fuyants sur une grosse fraîcheur. Ensemble posé mais sans équilibre. Amen ! 12/20

Un siècle de Millésimes en "9" au Club AOC de BARR

Il est toujours difficile de déguster des vins vieux tout en restant objectifs dans ces commentaires. Souvent, la passion l’emporte et l’on exulte de joie devant une robe brune et terne, des nez de champignon ou de terre humide. 

Si l’on ajoute à cela des grandes étiquettes et des grands millésimes on se retrouve souvent avec des appréciations curieuses pour des vins que seule la philosophie peut permettre de comprendre. On peut alors monter au pinacle n’importe quelle vinaigrette. Bien évidemment chaque bouteille est différente, surtout après 30 ans mais quand c’est mort c’est mort, le dire n’enlève rien à la qualité du vigneron, de la cuvée elle-même et encore moins du dégustateur. Somme nous encore responsable des actes de nos enfants qui ont 50 ans ? ben non….

 

Toutefois, nous avons été objectivement conquit par la plupart des breuvages présentés ce soir avec un grand coup de cœur personnel, et j’espère collégial pour les 2 vins de 1959 et par ce petit Bordeaux sup 1939 qui me faisait de la peine dans le casier « tout venant à ouvrir comme ça » Son voisin de casier, le 1929 a eu moins de chance.  

 

Alors, quelle est l’année du siècle. Après plusieurs vins dégustés, 1959 reste pour moi la plus grande année du siècle passée mais chutttt, il ne faut pas le dire à tout le monde. 

 

Stéphane

Tag(s) : #CR Club AOC de Barr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :