750 grammes
Tous nos blogs cuisine Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Porte ouverte au Domaine Emile Beyer à Eguisheimavec la série presque complète voire complète des 2018 qui seront proposés à la vente dans les prochains mois. 

 

La gamme se découpe toujours en trois gammes. 

 

La gamme tradition, la gamme Eguisheim et la gamme des terroirs. A noter que les différences de niveaux sont bien marquées et chaque moment trouvera son vin.

 

La gamme « tradition » est majoritairement sur des sols marno-gréseux, sauf pour les pinot gris qui sont sur des calcaires. 

La gamme « Eguisheim » est plus marno-calcaire sauf les pinot gris qui sont marno-gréseux.

La gamme « terroirs » va des marno-gréseux du saint jacques au calcaro-marno-gréseux du Pfersigberg en passant par le argilo-marno-gréseux de l’Eichberg. 

 

Gamme tradition

 

Alsace sylvaner tradition 2018 (13° – 3,4 g/l SR – 4,3 g/l H2SO4)

Nez discret n’exprimant pas grand chose pour l’heure. La bouche est pleine, croquante avec un beau volume ample sur une acidité centrée et fondue. Vin facile de soif avec une certaine plénitude. Bien 

 

Alsace pinot blanc tradition 2018 12° – 3,4 g/l SR – 1,7 g/l H2SO4)

Nez floral, délicat et fin. Bouche tendue, assez directe, ciselée sur une élégance et une finale fraiche. Vin franc, avec un bon caractère trempé pour émoustiller les papilles. Bien+

 

Alsace riesling tradition 2018 (13° – 5,2 g/l SR – 4,2 g/l H2SO4)

Nez sur les fruits jaunes et les épices avec une touche fumée. La bouche est large, souple, pleine, pointe d’alcool mais profil sec, bien en place avec quelques amers signant une finale sapide. Bien+

 

Alsace pinot noir tradition 2018 (13° – <2 g/l SR – 4,3 g/l H2SO4)
 

Nez sableux avec des fruits à noyaux bien croquants. La bouche est droite, voire étroite, terrienne, salivante sur des tannins ciselés mais encore discrets. Bien 

 

Alsace pinot noir tradition 2017 (13° – <2 g/l SR – 3,8 g/l H2SO4)

Nez sur les fruits noirs avec encore une pointe d’élevage mais l’ensemble reste net. La bouche est large sur des tannins bien construits, posés dans un ensemble solide et juteux. Très bien-

 

Alsace pinot gris tradition 2018

Nez sur les fruits blancs et des touches encore fermentaires faisant plus penser à un pinot blanc. La bouche est grasse, souple sur une acidité enrobée dans la matière encore compacte, monobloc. Il faudra l’attendre quelque temps. Bien

 

Alsace pinot gris tradition 2017 (13°5 – 8,8 g/l SR – 3,4 g/l H2SO4)

Nez étonnant sur le citron finement confit. La bouche est pleine sur une acidité fondue dans une structure droite et sèche non sans une certaine corpulence. Bien+

 

Alsace gewurztraminer tradition 2018 (13°5 – 25 g/l SR – 2,6 g/l H2SO4)

Nez très floral, un peu strict. La bouche est à l’inverse lisse, charmeuse, enrobée et posée dans un grand confort moelleux. Bien

 

Alsace gewurztraminer tradition 2017 (13°5 – 15,4 g/l SR – 3 g/l H2SO4)

Nez discret plutôt grillé, sans doute floral. La bouche est fraiche, droite dans un profil ½ sec mais bien plus franche, qui ne manque de rien avec du peps et du dynamisme. Très bien.

 

Comme on pouvait l’imaginer, les vins de la gamme tradition sont francs, assez facile d’accès, immédiat avec des caractères marqués par les différents cépages. Attention toutefois, esprit variétal ne veut pas dire léger pour les sylvaner et pinot, ou sucré pour les gewurztraminers. Les équilibres sont toujours au rendez-vous, et les vins conviendront parfaitement aux plats traditionnels alsaciens, tourte, choucroute et tartes flambées. 

Porte ouverte 2019 au Domaine Emile Beyer

Gamme « Eguisheim »

 

Alsace muscat Eguisheim 2017 (13° – <2 g/l SR – 3,7 g/l H2SO4)

Nez curieux sur la résine, la groseille. La bouche est très franche, dense, juteuse sur quelques amers avant une finale un peu collante. Je ne le goute pas mieux que l’an dernier. Bien-

 

Alsace riesling Eguisheim 2018 

Nez classique sur les agrumes et quelques notes d’élevage. La bouche est large, paraissant svelte et aérienne mais dense, puis élégante sur une acidité fondue, enrobée avant une finale pleine de charme. Très bien-

 

Alsace riesling Eguisheim 2017 (13° – 5,8 g/l SR – 4,2 g/l H2SO4)

Nez sur des notes d’écorce d’agrume avec une pointe fumée. La bouche est cohérente qui progresse d’un bloc avec beaucoup de présence et de dynamisme. Très bien+

 

Alsace pinot noir Eguisheim 2017 (13° – <2 g/l SR – 3,4 g/l H2SO4)

Nez sur l’amande, la cerise et autres fruits rouges. La bouche est ciselée sur un caractère franc avec du gras et de la densité pour donner un profil cistercien qu’il faudra appréhender et attendrir. Bien+ 

 

Alsace pinot gris Eguisheim 2017 (13°5 – 5,7 g/l SR – 4,1 g/l H2SO4 – terroir : marnes gréseuses)

Nez grillé avec un léger sous-bois. La bouche est large, juteuse, sec et dense avec un surcroit de droiture en milieu de bouche. Bien+

 

Alsace pinot gris Eguisheim 2016 (12°8 – 8,5 g/l SR – 3,4 g/l H2SO4 – terroir : marnes gréseuses)

Nez étonnant sur le charbon froid, la cendre et les fruits jaunes. La bouche présente une certaine souplesse dans une acidité élégante avec du charme et de la délicatesse. Très bien-

 

Alsace gewurztraminer Eguisheim 2018 (13° – 48 g/l SR – 3,1 g/l H2SO4)

Coupe de fruits au nez passant du jaune à l’exotique. Bouche qui attaque en grand avec une grande précision dans les sucres, beaucoup de cohérence et d’homogénéité. Très bien

 

Alsace gewurztraminer Eguisheim 2017 (13° – 35 g/l SR – 2,5 g/l H2SO4)

Nez complexe sur les fleurs des prés. La bouche est lisse, plus simple que le 2018 avec une matière un peu en retrait en ½ corps. Bien 

 

Avec la gamme Eguisheim on entre de plain-pied dans la philosophie du domaine Emile Beyer. Des vins précis, franc, jamais pesant avec ici un surcroît de profondeur et de tension. N’entrent dans ces vins que les meilleures parcelles en coteaux autour du village, qu’ils soient calcaires, de marnes ou d’argiles ou encore gréseux. Leriesling Eguisheim 2017est sans doute le meilleur exemple tout comme le gewurztraminerEguisheim 2018, un modèle de cohérence.     

Les crémants

 

Alsace Crémant blanc de blanc (12° – 4,2 g/l SR – 5,8 g/l H2SO4 – 80% pinot blanc + 20% riesling)

Nez ouvert sur les fleurs et quelques fruits mûrs. La mousse est légère sur une bulle grasse dans un profil droit et sec. Bien 

 

Alsace crémant rosé (12°5 – <2 g/l SR – 5,5 g/l H2SO4 – 100% pinot noir)

Nez timide sur les petits fruits rouges et sans doute les fleurs. La mousse est crémeuse sur une bulle fine enrobée dans la matière sèche. Bien-

 

Alsace crémant Emile Victor (11°5 – 4 g/l SR – 6,7 g/l H2SO4 – 40% pinot blanc + 40% chardonnay +20% pinot noir)

Nez ouvert et puissant sur les fruits jaunes tirant sur le rouge avec une touche lactée typée beurre frais. Beaucoup de franchise en bouche avec une mousse dense donnant un caractère viril mais plein avec ce caractère oxydatif propre au vin de réserve. Beau crémant. Très bien.

 

3 crémants dont 1 rosé, donc 2 crémants car je n’aime pas les rosés. La cuvée Emile-Victor est aujourd’hui au top, vineux, complexe, franc mais dense et complet.  

Les vins de lieux-dits et grands crus

 

Alsace riesling Saint Jacques 2018 (13° – 5,5 g/l SR – 3,9 g/l H2SO4)

Nez grillé avec de la pierre et de l’écorce d’agrume. La bouche est large et suave tout en restant franche avec une minéralité affirmée et fine. L’ensemble est encore compact mais la finale d’étire déjà. Grand vin en devenir. Très bien. 

 

Alsace riesling Saint Jacques 2017 (13° – 2,3 g/l SR – 3,8 g/l H2SO4)

Nez plus froid, austère avec des touches fumées. Bouche large avec beaucoup de mâche et de relief, une profondeur ciselée, minérale. Très bien

 

Alsace grand cru Pfersigberg riesling 2018 (13°5 – 3 g/l SR – 4 g/l H2SO4)

Nez pas très causant, timide d’où ne sort que du terroir. La bouche est dense, haut perchée dans une grande élégance soulignée par un délié incroyable dans la structure acide. Pas le moindre creux dans la lecture du vin. Beaux amers en finale. Très bien+

 

Alsace grand cru Pfersigberg riesling 2017 (13°5 – 5,4 g/l SR – 3,2 g/l H2SO4)

Nez en mode bouquet de fleurs. La bouche est svelte, intense et croquante, pure et élégante avec une acidité très précise ; aérienne mais tellement terrienne, qui montre le même délié, la même mélodie douce et éclatante. Du Chopin dans le verre ! Excellent

 

Alsace grand cru Eichberg riesling 2017 (13°5 – 3,5 g/l SR – 4,1 g/l H2SO4)

Nez posé et puissant sur un fruité intense. La bouche est ample, large, sur un gros jus un rien massif avec des épaules et une acidité large. Bien plus démonstratif que le Pfersigberg. Très bien+

 

Alsace pinot gris Hohrain 2017 (13°5 – 3,9 g/l SR – 3,9 g/l H2SO4)

Nez fermé. La bouche est pleine, suave, sèche et facile d’accès, un poil monolithique pour l’heure. Finale longue sur les épices. Bien+

 

Alsace pinot gris Hohrain 2016 (13°5 – 5,5 g/l SR – 4,3 g/l H2SO4)

Nez plus ouvert sur les céréales et les fruits jaunes. L’attaque est immédiate, sur une bouche droite, élancée dans un style punchy avant une finale tannique. Très bien- 

 

Alsace pinot noir Sundel 2017

Nez sur la cerise, un boisé fin et quelques notes lactées. La bouche est fraiche, élancée, ciselée sur des tannins nets et fondus sur des notes de poivre noir. Excellent. 

 

Alsace grand cru Pfersigberg gewurztraminer 2018 (12°5 – 59 g/l SR – 2,9 g/l H2SO4)

Nez complexe sur les fruits et les épices. La mise en bouche est fluide, élégante sur une structure élégante, subtile avec un équilibre parfait malgré la richesse de l’ensemble. Un vin très soyeux, à l’harmonie parfaite. Excellent.  

 

Alsace grand cru Pfersigberg gewurztraminer 2017 (13°5 – 30,5 g/l SR – 2,4 g/l H2SO4)

Nez pas très causant. Bouche nerveuse, salivante et droite, beaucoup de franchise pour ce vin bien plus percutant. Très bien.  

 

Bon, là, clairement on touche aux grands vins de la région. Des Saint Jacques à attendre, des Pfersigberg étincelants dans les deux variations, Eichberg solide sans doute intermédiaire des deux précédents… des Sundel très Pfersigberg en plus solides, plus large mais sans excès d’artifices, gardant une grande fraicheur et un Hohrain toujours aussi intrigant pour moi.  

Porte ouverte 2019 au Domaine Emile Beyer

Les plus anciens

 

Alsace pinot gris Hohrain 2000

Nez sur la tarte tatin, la tisane et le coing. Bouche lisse sur une acidité droite, mordante qui accroche un peu.  

 

Alsace grand cru Pfersigberg riesling 1993

Nez sur les herbes sèches et la boite à pharmacie. La bouche est longue, homogène, sèche avec de la chair et une acidité fine mais tendue. 

 

Alsace grand cru Pfersigberg gewurztraminer 2011

Nez sur la coquille d’œuf, des notes torréfiés froides. La bouche est déliée, pleine de charme, avenante, évidente sur une base acidité franche et droite. Longue finale. 

 

Un trio de vins plus anciens pour asseoir le savoir-faire du domaine. Le Hohrainn’a pas la densité et la force de l’actuel malgré un millésime chaud et plutôt facile. Le 93 est bien son temps, et le dernier démontre la parfaire adéquation du gewurztraminer et du Pfersigberg que l’on peut rencontrer sur les 2017/2018.   

Porte ouverte 2019 au Domaine Emile Beyer

Alsace gewurztraminer vendange tardive 2018 

Nez sur les fruits jaunes. La bouche est fraiche, élancée, un brin tannique dans une matière en queue de paon soutenue par une acidité intense. Aucune lourdeur. Très bien.

 

Alsace pinot gris vendange tardive 2015

Nez classique sur les céréales et les fruits jaunes. La bouche est aérienne, faussement légère dans un moelleux confortable, avec une grande buvabilité. Très bien.

 

 

Voilà pour les 2018 du Domaine Emile Beyer à Eguisheim. Des vins hautement recommandables, représentatifs du savoir-faire des grands domaines alsaciens avec des gammes clairement identifiées et identifiables pour chaque occasion bistronomique ou gastronomique. 

 

Merci à Valérie et Christian pour l’invitation. 

 

J'ai mis en lien l'article de Pierre pour comparer les impressions. 

 

Stéphane   

Tag(s) : #Visite chez le vigneron

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :